Connaissez-vous Sight Films ?

Installé depuis 5 ans au sein du Pôle Pixel, Sight Films est une entreprise dont le cœur de métier est la production de communication visuelle (publicités, capsules web, films corporate) à destination des institutions, de l’entreprise et de l’évènementiel. Fondé par Candice Bonnard en 2017, Sight Films produit de nombreux films en motion design, une forme d’art graphique comportant des œuvres animées extrêmement prisés dans le domaine de la communication contemporaine, et dont l’histoire remonte à plus loin qu’on ne l’imagine.

Propos recueillis par Maxence Grugier

 

Rencontre et explication avec Candice Bonnard, présidente de Sight Films.

 

Produire des films institutionnels et publicitaires en 2021 est plus compliqué qu’on ne l’imagine. A une époque où la communication s’accélère, la demande évolue et la tendance est à la simultanéité et la simplification des contenus. Devoir répondre rapidement aux questions de la société civile (en temps de pandémie par exemple) ou des entreprises, voilà les compétences que recherche actuellement le milieu corporate. Ce sont ces compétences que Sight Films développe avec ses trois salariés : un assistant à la production, une personne à l’illustration et sa directrice. L’entreprise, installée au Pôle PIXEL, est spécialisée dans la production de courts films en motion design (entre autres), mais aussi de publicités et de films d’entreprises.

 

Candice Bonnard, comment et quand avez-vous créé Sight Film ?


Candice Bonnard :
J’ai créé Sight films après avoir passé quelques années à Londres. J’avais auparavant travaillé dans le montage et je souhaitais créer une société audiovisuelle qui puisse réaliser et prendre en charge des projets dans leurs globalité (conseil, casting, tournage, animation…).

 

 

 

Quel est exactement le cœur de métier de Sight Films ?


C.B. :
Sight Films réalise des films entièrement faits « sur-mesure » pour nos clients. Nous rédigeons les scripts, le scénario, nous nous occupons de la direction artistique, du tournage, et dans le cas du motion design, de la création et de l’animation d’objets graphiques variés. Nous accompagnons nos clients dans le développement de la commande et dans le conseil. Ensuite nous réalisons le film, que ce soit sous la forme de films d’animation en motion design, de spots Web ou de films publicitaires ou plus institutionnels.

 

Quelle sont vos dernières réalisations ?


C.B. :
Actuellement nous réalisons beaucoup de films en motion design. C’est la tendance du moment. Ce sont des films assez courts qui demandent peu de moyens, pas d’équipe de tournage, pas de drone par exemple, et c’est une façon plutôt agréable et efficace d’expliquer ce que sont les métiers de services. Le motion design permet aussi de faire comprendre rapidement des notions concrètes souvent complexes sur un mode ludique et dynamique en mettant en situation des cas d’usages et leurs solutions. Pour une équipe de production, c’est un support qui permet de montrer beaucoup de choses, plans aériens, vues en coupe, etc. Le fait que ce soit dessiné permet de répondre plus rapidement à la demande d’un client après étude de son projet.

Le nouveau logo de Sight Films

 

Dans ce cadre nous avons réalisé un petit film d’animation pour Fructifi, une entreprise créée en 2018 qui réalise des opérations de prospect pour fidéliser les clients d’une grande société. En gros, Fructifi propose des solutions au départ des clients : par analyse prédictive en combinant l’intelligence artificielle et les critères métiers de ses clients. Dans cette courte vidéo d’animation nous expliquons de manière simple et claire les concepts parfois complexes qui représentent les activités de Fructifi. C’est un bon exemple de notre travail.

 

Comment se spécialise-t-on dans l’animation graphique (le motion design) ?


C.B. :
En général les techniciens font une école d’arts graphiques et se spécialisent en animation graphique en troisième ou quatrième année. Dans le domaine de l’audiovisuel en général, quand on entre dans une école on sait déjà assez précisément ce que l’on veut faire. C’est plus tard, en faisant des stages ou en découvrant d’autres techniques que l’on change d’avis et que l’on évolue vers telle ou telle spécialités. Pour ma part au début j’avais opté pour un BTS audiovisuel option montage et je souhaitais travailler dans le cinéma, et puis je me suis aperçue que le domaine du film d’entreprise était aussi intéressant et dynamique. C’est ce qui m’a donné envie d’emprunter cette voie.

 

Avez-vous déjà réalisé un court métrage, de la fiction ou du documentaire ?


C.B. :
Pas encore mais cela n’est pas impossible dans le futur. Pour l’instant nous restons spécialisés dans le film institutionnel et corporate. La fiction, c’est une autre organisation, très différente de ce que nous faisons actuellement. Mais pourquoi pas !

 

 

 

 

X