Découvrez Passage, le film en réalité mixte de Théoriz

Découvrez Passage, le film en réalité mixte de Théoriz

Passage est un étonnant court-métrage signé Theoriz Studio. C’est surtout le premier film réalisé en réalité mixte, capté live, sans effets spéciaux, sans post-production. Officiellement en ligne depuis quelques semaines, ce film à la technique révolutionnaire a demandé près de trois ans de réalisation. Entre performance et fiction, Passage est donc enfin visible mondialement ! Découverte avec son concepteur, David Alexandre Chanel.

 

Habile métaphore de notre actualité, Passage peut être interprété à la fois comme la rencontre du réel et du virtuel au travers d’un « passage » ingénieusement mis en scène par l’équipe de Theoriz Studio de Lyon, mais également comme un commentaire sur notre réalité confinée d’il y a quelques semaines. Même si cela relève du hasard, nous sommes forcément émus quand nous suivons les péripéties poétiques-chorégraphiques des deux protagonistes, de ce tout premier film en réalité mixte, qui cherchent à créer un « passage » entre deux univers pour se rejoindre.

 

Une technique qui s’émancipe de la réalité virtuelle

« La réalité mixte c’est l’inverse de la réalité augmentée », explique David Alexandre Chanel de Theoriz. « Alors que la réalité augmentée incorpore des éléments virtuels dans le monde réel, la réalité mixte, elle, fait entrer du réel dans un monde virtuel ».

Réalisé à partir d’une technologie scénographique innovante nommée Augmenta, qui est déjà une création du jeune studio lyonnais, Passage laisse libre cours à l’imagination tout en proposant un scénario de fiction. La narration est interprétée librement par ses deux danseurs, Exocé Kasongo et Félicia Dotse, dont les mouvements sont captés en direct dans l’espace et instantanément intégrés au sein de différents décors virtuels, sans passer par l’utilisation d’un fond vert.

 

Entre performances artistiques, nouveau cinéma et jeu vidéo

Fruit de technologies croisées inspirées des techniques utilisées dans les jeux vidéo (qui investissent aujourd’hui d’autres domaines – comme la visualisation d’architecture ou ce que l’on nomme « virtual production » – mais sans fond vert) la scénographie de Passage offre un saisissant raccourci entre différents univers : celui de la réalité virtuelle, du jeu vidéo (basé sur le moteur Unity), du cinéma, du vidéo mapping, de la performance et de la danse.

La technologie d’Augmenta est basée sur les technologies de tracking pour suivre et « capter » les mouvements des danseurs (ainsi que le point de vue de la caméra). Tandis que l’équipe utilise un dispositif dérivé de la réalité virtuelle, qui lui permet de traquer la caméra pour une expérience immersive, où les interprètes sont plongés dans un décor psychédélique 3D en constante évolution.

 Making-off Passage

 

Une œuvre déjà multi-récompensée

Tourné durant l’été 2017, le projet a été soutenu et financé par le CNC (Centre National du Cinéma et de l’image Animé), le court-métrage a déjà fait la tournée des festivals internationaux et été l’objet de nombreuses conférences et masterclass. Pendant ces deux années de représentations, Passage a eu l’honneur de recevoir 18 nominations dont 4 prix, parmi lesquels : une nomination au prestigieux festival à Oscar Saint Louis Film Festival, un premier prix “Best Film” du Experimental, Dance & music film festival et un « Award for Technical Innovation in Audiovisual Arts » du Roots of Europe International Film Festival.

 

Solutions pour un futur post-covid ?

Pour l’heure, suite aux inquiétudes actuelles résultant de l’impact de la crise sanitaire sur le secteur de la culture (particulièrement dans l’événementiel), le studio Theoriz étudie de nouvelles manières de créer et gérer des évènements avec des solutions innovantes et créatives.

Grâce aux techniques utilisées dans le film Passage, Theoriz se propose de créer des évènements auxquels des VIP pourraient assister physiquement s’ils le souhaitent, mais également en mode « virtuel » à distance. « Cela permettrait d’aborder les rassemblements culturels, festivals, biennales, etc. d’une manière moins stressante en matière de jauge, et de pouvoir gérer les imprévus. Un évènement qui se trouve en difficulté à cause d’une hypothétique seconde vague ou avec moins de personnes prévues pour différentes raison pourrait tout de même proposer une solution alternative qui permettrait aux invités d’y assister », conclut David Alexandre Chanel.

Une manière pour le moins originale de continuer à proposer du contenu dans une société qui se verrait contrainte de respecter les consignes de distanciation. A suivre !

 

X