Panavision fête ses 10 ans d’implantation au Pôle PIXEL !

Crise de la COVID et mesures sanitaires obligent, pas de grosses festivités pour l’anniversaire de l’implantation régionale du mythique fabricant et loueur de caméras, d’optiques et de matériel de cinéma Panavision, mais 2010-2020 une décennie qu’il faut savoir apprécier, et une histoire qui continue.
Rencontre avec un passionné, Paul-Jean Tavernier, responsable du site Lyonnais.

 

Tous les cinéphiles connaissent Panavision, le fameux fabricant américain d’optiques et de caméras pour le cinéma, puisque cette signature fameuse avec son logo emblématique du format anamorphique est présente sur de très nombreux génériques de films tournés par les plus grands !
D’Alfred Hitchcock avec Sueurs froides (Vertigo, 1958) à John Ford (Les Cheyennes de 1964, tourné en Technicolor et en Super Panavision 70), de Stephen Frears (Florence Foster Jenkins, 2016) à Ridley Scott (Prometheus 2012, Exodus: Gods And Kings, 2014), en passant par Martin Scorsese, Stanley Kubrick, Cecil B. DeMille (Les Dix Commandements, 1956) ou, pour faire le grand écart temporel, Quentin Tarantino (Les Huit Salopards, Django, etc. tournés en Ultra Panavision 70), toutes ces œuvres et tous ces réalisateurs ont bénéficié de la technologie et de l’innovation de la marque américaine.

« Bien sûr ! Cela a toujours été un argument de vente et de crédibilité de pouvoir dire que l’on travaille avec Panavision. Les agences de publicités et producteurs parisiens sont contents de savoir qu’il y a en Rhône-Alpes une agence Panavision, un prestataire solide dont ils connaissent le sérieux, la fiabilité et la qualité du service. », explique Paul-Jean Tavernier, responsable de Panavision Rhône –Alpes avec enthousiasme.

 

Un groupe mondial, présent sur Lyon !

 

Fondé en 1954, Panavision est un fabricant célèbre pour ses optiques primos et anamorphiques, et ses cameras argentique et numériques, mais c’est également une société de location de matériel de prises de vues implantée sur tous les continents (68 agences dans le monde). En France les origines remontent également aux années 50, avec les sociétés Alga, Cinecam et Technovision, qui deviendront « Panavision France », basée sur Paris, puis Marseille.

 

 

C’est en 2010 que le groupe s’installe à Villeurbanne sous la responsabilité de Paul-Jean Tavernier, un acteur bien connu sur la région pour avoir été monteur-truquiste durant une vingtaine d’années. « Le groupe Panavision a répondu à l’invitation du Pôle Pixel et de la Région Rhône-Alpes (et de l’association Imaginove), la Région souhaitant développer l’accueil et la production de longs métrages de fiction et de séries télé sur le territoire. On venait de construire les Studios Lumière 1 et 2 qui complétaient les services du studio 24 de Roger Planchon, créateur de Rhône-Alpes Cinéma, pour initier la décentralisation de la production audiovisuelle française. Souhaitant compléter l’offre technique autour des studios, tout en associant au Pôle Pixel la notoriété du groupe Panavision, ces trois intervenants lui ont proposé d’ouvrir sa 67ième agence à Villeurbanne. », raconte l’intéressé.

 

Paul-Jean Tavernier

Un pari audacieux

 

« En 2010, cette implantation fut une vraie chance pour les professionnels dont j’étais, poursuit-il. Voir arriver sur Lyon et en région des caméras argentiques, des optiques de cinéma, des caméras HD et des optiques B4 HD, des caméras numériques Raw et avoir accès localement à tout le catalogue et l’inventaire du groupe Panavision, était une belle opportunité, puisqu’auparavant les producteurs devaient aller chercher ce matériel sur Paris. ».

 

 

Pour Panavision France cette implantation en région était aussi un pari audacieux, la région Rhône-Alpes n’étant pas l’Île-de-France. « Cela a commencé modestement dans un petit local dans le Pôle Pixel juste en face des studios, explique le responsable du site. Au départ nous avions un box d’essai – indispensable – et un relais boutique pour l’achat de consommables. J’étais le seul permanent avec de multiples casquettes : chargé du développement commercial, mais aussi responsable du suivi du matériel et de l’accompagnement des équipes en essais et stagiaires, bien aidé par mon background technique »

 

Un pari gagné

 

Quelle belle récompense pour une société comme Panavision qu’une liste de films réalisés avec son matériel en région ? Parmi ces nombreux films citons : De toutes nos forces de Nils Tavernier, 11.6 de Philippe Godeau avec François Cluzet, Fatima de Philippe Faucon, 12 Jours de Raymond Depardon (tourné au Centre Hospitalier Le Vinatier), La prière de Cédric Khan (tourné dans les Alpes), Marche ou crève de Margaux Bonhomme, Alice et le Maire de Nicolas Pariser en 2018 (tourné sur pellicule en argentique juste avant les élections municipales en presqu’île à Lyon), et les prochaines sorties très attendues,  Profession du père de Jean-Pierre Améris (avec Benoît Poelvoorde), La pièce rapportée d’Antonin Peretjatko (avec Anaïs DemoustierPhilippe Katerine, et Josiane Balasko), Slalom de Charlène Favier, et Kaamelott d’Alexandre Astier bien sûr.

Panavision Lyon a fourni également le matériel image pour de très nombreux courts-métrages tournés en Rhône-Alpes ces 10 dernières années, dont deux des 24 court-métrages sélectionnés pour les César 2021 : Mars Colony de Noël Fuzellier, et Yandere de William Laboury.

Mais Panavision ce n’est pas que la fiction ! C’est aussi des offres techniques pour la publicité, le documentaire, les clips, les captations de spectacle…

 

Une implication dans l’écosystème régional

 

Panavision c’est aussi un vrai compagnonnage avec les productions déléguées et exécutives du territoire, et avec le pôle fictions de France Télévision Lyon qui coproduit entre 6 et 8 unitaires chaque années.

 

Depuis 10 ans, Panavision est également partenaire de nombreux festivals avec des dotations et des prix pour encourager les émergent.es et futur.es réalisateur.trices et techniciens. « Nous sommes Partenaire du Festival Lumières bien sûr, mais aussi du Festival du Court Métrage de Clermont-Ferrand, ceux de Villeurbanne et de Grenoble, et également du GREC (Groupe de Recherches et d’Essais Cinématographiques) pour leur concours de scénario. Nous soutenons et nous impliquons dans les initiatives réseau professionnel comme Cinéprofils, Pôle Pixel, Forum du Cinéma.


Proche des écoles de cinéma et BTS audiovisuels de la région, nous accueillons de nombreux stagiaires
. En 2016, quand nous avons transféré les locaux au 36 de la rue Descorps pour un local plus spacieux avec un grand parking pour le déchargement de matériel nous avons également recruté Oussama Chariji en tant que préparateur caméra, parfait dans l’accueil et la transmission de connaissances aux techniciens et stagiaires. », poursuit-il. « Et en 10 ans, je dois dire que ce fut un vrai bonheur de voir se déployer les compétences et talents d’ex-stagiaires, dont certaine.es travaillent désormais sur des longs métrages. »

 

« Mes vœux pour la suite ? Que les longs métrages et séries TV actuellement développés par nos amis producteurs régionaux trouvent financement et diffuseurs, et voient le jour ! Ils savent qu’ils peuvent compter sur notre soutien. »

 

Propos recueillis par Maxence Grugier

 

 

X